Sortais Ken

Curriculum Vitae / Informations

Né en 1983
Vit et travaille à Paris
http://www.kensortais.com/

« Une visite au cimetière du Père-Lachaise à Paris ajoute une année de vie à ses visiteurs et les pyramides d’Egypte dévisagent d’en haut le temps lui même ».
Si j’en crois cette citation de J.G Ballard tirée de La foire aux atrocités (1969), mon récent projet d’exposition « Sheta » m’aurait donc accordé plusieurs dizaines d’années de vie supplémentaire. Car je travaille dans les cimetières, mais aussi autour des églises, dans la rue et les parcs de Paris ou d’ailleurs, je recouvre et « empreinte » la ville qui me défie de m’en approprier ses formes, disponibles. Ma démarche sculpturale actuelle n’est pas sans rappeler le musicien Marsyas qu’Apollon dépouilla de sa peau puis suspendit à une branche ainsi transformée en outre animée. Je ne me suis pas encore occupé d’Apollon mais je sais déjà où le trouver, qu’il reste sur ses gardes. Néanmoins, ses comparses Pérsée, Atlas et Héracles figurent dans la liste non exhaustive de mon tableau de chasse.
Le moulage furtif est illégal. Dans ce contexte, ma démarche se déploie en dehors des lois reçues, des usages et des conventions. J’agis de jour comme de nuit. La cible détermine la forme de l’action, le jeu est stratégique, je me fonds dans la masse, je ruse aux aguets, je me déguise pour mieux duper, aiguise ma répartie en cas de mauvaises surprises.
Ce temps de travail, performatif et théâtral, constitue la première étape dans la genèse de mes oeuvres. La deuxième étape concerne la mutation de la matière prélevée, dans l’espace de l’atelier. D’expérimentation en sérendipité, je gonfle, j’étire, je moule, je casse et je suspends, confronte et détourne les formes symboliques que je me suis attribuées.
Cette pratique sculpturale est associée à la peinture, la vidéo et la photographie dans les installations exacerbées que je propose. Mes oeuvres cohabitent pour fusionner en fictions, imprégnées de références mythologiques, littéraires et cinématographiques. Un rite funéraire égyptien, la marche d’un saint décapité, le langage alchimique des bas-reliefs d’une cathédrale ou l’incarnation du démon dans une voiture de sport, les mises en scènes que je coordonne immerge le spectateur dans des univers incertains mais familiers, maintenant une ambivalence permanente entre le réel et l’illusion, le dit et le tacite, le visible et le caché.
Ken Sortais – 2017

En 2017, Ken Sortais a bénéficié d’une résidence temporaire à La Station ; il expose le résultat de ses recherches aux côtés d’Anne Lise Le Gac lors de l’exposition AIRE VENGA, présentée à La Station du 16 févreir au 28 avril 2018.