Pringuey-Cessac Charlotte

Curriculum Vitae / Informations

C harlotte Pringuey-Cessac puise les sources de son travail dans le film d’animation. Elle en extrait des images qu’elle isole du flux narratif via le dessin pour les proposer comme autant d’expériences sensibles. Ce processus d’analyse et de démontage du cinéma d’animation l’amène à repasser par plusieurs stades de fabrication de l’image depuis le dessin sur calque ou le celluloïd, en passant par les techniques d’animation du projet dessiné, jusqu’à la maquette. Quels que soient le médium entrepris et la forme atteinte, l’exploration du film est ici cristallisée à travers la pratique du dessin, espace de rencontre de ces manipulations successives. C’est ainsi que parallèlement au dessin peuvent intervenir la photographie ou la vidéo, comme la sculpture ou le son. Mais c’est à travers des projets de dessin mural que sa démarche trouve un déploiement spectaculaire. Par le biais de la fabrication d’images monumentales, la jeune artiste se confronte alors physiquement à l’espace et à la matérialité du fusain pour donner corps à des installations enveloppantes, véritables décors dans lesquels le regardeur est invité à rentrer. Les références cinématographiques que Charlotte Pringuey-Cessac décline dans ces scénographies ont souvent affaire avec des émotions ou des souvenirs personnels auxquels elles se croisent volontiers. Ainsi, les installations au fusain développent-elles des atmosphères particulières qui reprennent des images mentales de paysages féériques comme ces frondaisons ondoyantes d’arbres desquelles surgit l’architecture précaire d’une cabane. Les jeux d’ombre et de lumière exploitent la densité et la profondeur du fusain qui va parfois jusqu’à se répandre en poudre noire sur le sol. Tout récemment, ces images poétiques se sont matérialisées sous la forme de sculptures en charbon de bois, outil primitif du dessin. Parmi ces pièces, on reconnaît l’image lointaine du palais du Roi et l’oiseau figée sous les traits d’une cabane carbonisée. Les longues jambes dotées de roulettes qui lui servent de support indiquent que ce souvenir a encore quelque chose de mobile.

Catherine Macchi, critique d’art, exposition « Hypothétiques », 2009

http://charlotte-pringuey-cessac.com

Née le 12 Octobre 1981, à Vincennes

Vit et travaille à Nice

FORMATION

2007-08

• Université des Lettres et des Sciences Humaines – Nice et Gênes, Master II bilingue franco-Italien, Patrimoine Architectural

2001-07

• Villa Arson – Beaux-Arts de Nice, DNSEP (2007), DNAP (2004)

1999-01

• Villa Thiole – Nice, École préparatoire et ateliers de Patrice Giuge et Marc Lavalle

1999

• Baccalauréat Littéraire, Mention, Lycée Calmette, Nice

Expositions / Evènements